DRC

Pour lire la version française de cette page sur les conflits en RDC, cliquez ici

General Context: Recurrent Instability in the DRC

From its accession to national sovereignty in 1960, the Democratic Republic of the Congo found itself in turmoil and went through socio-political conflicts that led to wars of secession. The succession of armed conflicts that have occurred in each decade of the 60 years of existence of the country has led to a description of being in a state of perpetual conflict, despite sometimes long periods of respite and peace.   

In 1960, the DRC simultaneously experienced two secession wars in the provinces of Katanga and Kasaï. During that same period, those wars were followed by the rebellion led in the west as well as in the east of the country in retaliation to the assassination of Lumumba, one of the pioneers of independence and the Prime Minister of the first government. In 1970, rebellions took place in the Katanga province. The respite seemed to prevail in the 1980s, to the point that newfound peace was celebrated. However, in the 1990s, the country started the process of democratisation following the long reign of Mobutu. The negotiation of the political transition went through many social and political disturbances. That negotiation was still ongoing when a rebellion, supported by locals as well as neighbouring countries – specifically Rwanda, Uganda and Burundi to the east of Congo – was launched in October 1996 in order to take Kinshasa in May 1997, after succeeding in toppling Mobutu’s regime and ending the political transition. 

The new, post-Mobutu political order did not put the DRC back on track for peace and development, as it was immersed in armed conflicts from August 1998 to June 2003. Considering the number of African countries involved in this war, it was referred to as an ‘African World War’. It consecrated the division of the country in three blocks but had neither winner nor loser from a military standpoint. It was then that the political path as a way forward was taken up at the so-called 2002 ‘Inter-Congolese Dialogue’ negotiations in Sun City, South Africa. These talks helped to put an end to the war and pave the way for a democratic opening resulting in the reunification of the country and formed the basis of a transitional government from 2003 to 2005. This transitional government, taking the rather rare form of a president surrounded by four vice-presidents which the media called the 1+4 formula, paved the way for the 3rd Republic in the DRC, with the adoption of the Constitution viareferendum in 2005 and the holding of democratic elections in 2006, 2011, and 2018. 

However, despite the political accords and the establishment of democracy as a management mode of the republic, armed conflicts persist in the DRC with at times new actors and at times old actors. Indeed, peace always finds itself threatened by local armed movements called maï-maï in the local language, ethnic conflicts engaged by tribal militias, and foreign armed groups (the most virulent being the Allied Democratic Forces of Uganda and the Democratic Forces for the Liberation of Rwanda composed of Hutu rebels operating in North Kivu) causing death and desolation. They are of a diverse nature as regards the sometimes vague claims of their leaders. 

Whatever the nature of the armed conflict that the DRC went through may be, all of them had a serious detrimental impact on the country’s peace and development. Humanely speaking, the consequences and damage are enormous. Women have paid a heavy cost. Rape has been systematically used as a weapon of war. 

Current Initiatives for Sustainable Peace and Development

This persistent situation does not seem to stop. Currently, two provinces of the DRC – Ituri and North Kivu – are under siege, as decreed by the President of the Republic since May 2021, in order to track foreign and local rebel groups. Another war is taking place in the province of South Kivu. However, common development initiatives – particularly in terms of building road and rail infrastructures – between the DRC and the neighbouring countries accused and proven to support insecurity in the east of the DRC have been signed. They represent ways forwards besides so many others already attempted and initiated.

In a context made of both conflicts as well as efforts towards peace and reconstruction post-conflict, questions arise: why do these armed conflicts persist? What are the results of all the previous peace projects and initiatives? What role do international actors play in the resolution or the outbreak of these conflicts in the DRC? Indeed, there has been no shortage of internal and international initiatives in the humanitarian field and development sector being launched, with the goal of re-establishing and consolidating peace in order to create favourable socio-economic conditions for the Congolese population once again. In the wake of the most active and pertinent actors in the domains of cooperation development and humanitarian assistance, one can mention the multilateral funders such as the World Bank, the International Monetary Funds and the UN agencies – including OCHA in the line of sight for the humanitarian sector – but also development cooperation agencies of certain countries, of which the most important remain the US (USAID), Canada (CIDA), the UK (DFID), Germany (GIZ), Sweden (SIDA), France, Belgium (Enabel), and the Netherlands. These actors offer multi-sectorial assistance and take part in the widest variety of sectors, from infrastructure renovation, through to questions of food security, access to basic services, gender-based violence (GBV), protection and sustainable exploitation of natural resources, sustainable economic development and durability in the sector of raw materials, to questions regarding peace and security, and even stability in the east of the country.  For instance, the German cooperation supports multiple regional cooperation development projects that are beneficial to the DRC. This is particularly the case of the International Conference on the Great Lakes Region (ICGLR), the Central African Forest Commission (COMIFAC), the International Congo-Ubangui-Sangha Commission (CICOS) as well as the Congo Basin Forest Partnership (CBFP). 

As for the Monusco, one of the most important UN peacekeeping missions of the last three decades in the world, it has contributed in support of the armed forces and of the national security forces to the reunification of the country – without definitively bringing to an end the pockets of insecurity in the affected regions. 

Case Study Summary and Overall Aims of the Project

Faced with the persistence of the conflicts still marring the DRC, reducing life to nothing – particularly in the heavily affected eastern regions – the results that have been reached are neither here nor there. Professor Patience Kabamba, an anthropologist trained at Columbia University and a specialist of eastern DRC, points out that global solutions to the structural challenges of sustainable peace in Congo rest on the capacities of humanitarian assistance to be one with the development initiatives, with the ultimate goal of eradicating endless armed conflicts and to promote sustainable peace. 

The Institut Panafricain Cardinal Martino for the social teaching of the Church (IPCM), operating within the Université Catholique in Congo (UCC) and a partner of the Project for the DRC, will study the case of the DRC in depth. It will focus on the Panzi Hospital in the city of Bukavu in the South Kivu province. This hospital has the reputation of being a pioneering centre in the treatment of female survivors of armed violence in the context of an armed conflict. More than 85,000 women suffering from complications resulting from rape are looked after by the team of medical experts, of which the most prominent member is Doctor Denis Mukwege, 2018 Nobel Peace Prize laureate. Many of these women benefit from an integral treatment model that rehabilitates them and allows them to rebuild their lives. 

In collaboration with the University of Glasgow and the Berlin Freie Universität, the IPCM will examine, in the case study of the Panzi hospital, the norms and mechanisms of accountability implemented in the humanitarian and development sectors, in order to understand how they are applied to ensure both their effectiveness and the accountability of the international activity within endless conflicts. The IPCM will take an in-depth look into health care and gender-based violence in the context of endless armed conflicts. 

Original Version of the Text (French)

Le contexte général : instabilité récurrente en RDC

Dès son accession à la souveraineté nationale en 1960, la République Démocratique du Congo était entrée dans des turbulences et avait connu des conflits socio-politiques qui ont abouti à des guerres de sécession. La succession de conflits armés que l’on dénombre à chaque décennie de 60 ans d’existence de ce pays, fait décrire celui-ci comme étant en perpétuel conflit, malgré parfois de longues périodes d’accalmie et de paix.  

En 1960, la RDC a connu simultanément deux guerres de sécession, dans les provinces du Katanga et du Kasaï. Au cours de cette même période, elles ont été suivies de la rébellion menée aussi bien à l’ouest qu’à l’est du pays en représailles de l’assassinat de Lumumba, un des pionniers de l’indépendance et premier ministre du premier gouvernement. En 1970, des rébellions ont été enregistrées dans la province du Katanga. L’accalmie a semblé régner dans les années 1980 au point que la paix retrouvée a été chantée. Cependant, dans la décennie 1990, le pays s’est mis dans le processus de démocratisation après le long règne de Mobutu. La négociation de la transition politique a connu beaucoup de troubles sociaux et politiques. Elle se prolongeait encore quand la rébellion, soutenue par des locaux et des pays voisins – en l’occurrence le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi à l’Est du Congo – était lancée en octobre 1996 pour prendre Kinshasa en mai 1997, après avoir réussi à faire tomber le régime de Mobutu et de mettre fin à la transition politique.  

Le nouvel ordre politique post-Mobutu n’avait pas remis la RDC sur les rails pour la paix et pour le développement car il avait aussi été plongé dans des conflits armés d’août 1998 à juin 2003. Vu le nombre de pays africains qui avaient été impliqués dans cette guerre, elle a été qualifiée de « guerre mondiale africaine ». Elle avait consacré la partition du pays en trois blocs mais n’avait ni vainqueur ni vaincu sur le plan militaire. C’est ainsi que la voie politique comme piste de solution avait été exploitée à travers les négociations dites de « Dialogueinter-congolais » de 2002 à Sun City, en Afrique du Sud. Ces pourparlers ont permis de mettre fin à la guerre et de jeter les bases d’une ouverture démocratique ayant abouti à la réunification du pays et à la mise en place d’une transition politique de 2003 à 2005. Cette transition politique, menée sous une formule assez rare d’un président entouré de quatre vice-présidents et que les médias congolais ont appelée 1+4, a tracé la voie pour la 3è république en RDC, avec l’adoption de la Constitution par référendum en 2005 et l’organisation des élections démocratiques en 2006, 2011 et 2018.

Cependant, malgré les accords politiques et l’établissement de la démocratie comme mode de gestion de la république, les conflits armés persistent en RDC avec des acteurs tantôt nouveaux tantôt anciens. En effet, la paix se trouve à chaque fois menacée par des mouvements armés locaux appelés en langage local maï-maï, des conflits ethniques engagés par des milices tribales et des groupes armés étrangers (les plus virulents étant l’Alliance des Forces Démocratiques de l’Ouganda et Forces Démocratiques de Libération du Rwanda composé des rebelles hutus opérant au Nord-Kivu) qui causent mort et désolation. Ils sont de nature diverse de par les revendications parfois floues de leurs animateurs. 

Quelle que soit la nature du conflit armé qu’a déjà connu la RDC, tous ont sérieusement entamé la paix de ce pays et son développement. Humainement, les conséquences et les dégâts sont énormes. Les femmes ont payé le lourd tribut. Le viol a été systématiquement utilisé comme arme de guerre. 

Les initiatives actuelles pour la paix et le développement durables

Cette situation persistante ne semble pas s’arrêter. Actuellement, deux provinces de la RDC, Ituri et Nord-Kivu, sont sous l’état de siège décrété par le Président de la République, depuis le mois de mai 2021, pour traquer les groupes rebelles étrangers et locaux. Une autre guerre se déroule dans la province du Sud-Kivu. Cependant, des initiatives de développement commun – notamment en termes de construction des infrastructures routières ou ferroviaires – entre la RDC et les pays voisins accusés et avérés de soutenir l’insécurité dans l’est de la RDC sont signées. Elles constituent des pistes de solutions à côté de tant d’autres déjà essayées et amorcées. 

Dans un contexte fait à la fois de conflits ainsi que d’efforts de paix et de reconstruction post-conflit, des questions se posent : pourquoi ces conflits armés perdurent-ils ? Quels résultats ont produit toutes les initiatives et projets de paix antérieurs ? Quel rôle jouent les acteurs internationaux dans la résolution ou le déclenchement de ces conflits en RDC? En effet, des initiatives internes et internationales dans le champ humanitaire et du secteur de développement n’ont pas manqué d’être lancées,  dans la recherche du rétablissement de la paix et de sa consolidation pour de nouveau créer des conditions socio-économiques favorables à la population congolaise. Dans la foulée des acteurs les plus actifs et pertinents dans les domaines de la coopération au développement et de l’assistance humanitaire, on peut mentionner les bailleurs des fonds multilatéraux tels que la Banque Mondiale, le FMI ou les agences onusiennes – dont OCHA en ligne de mire pour le secteur de l’humanitaire – mais également des agences de coopération au développement de certains pays dont les plus importants restent les USA (USAID), le Canada (CIDA), le Royaume Uni (DFID), l’Allemagne (GIZ), la Suède (SIDA), la France, la Belgique (Enabel) et le Pays-Bas. Ces acteurs offrent une assistance multisectorielle et interviennent dans des secteurs les plus variés possibles, allant de la réhabilitation des infrastructures, en passant par les questions de sécurité alimentaire, d’accès aux services de base, de VBG, de protection et d’exploitation durable des ressources naturelles, de développement économique durable et de durabilité dans le secteur des matières premières, jusqu’aux questions de paix et sécurité, voire de la stabilité dans l’Est du pays. La coopération allemande soutient, par exemple, plusieurs projets régionaux de la coopération au développement qui profitent à la RDC. C’est notamment le cas de la Conférence Internationale sur la région des Grands Lacs (ICGLR), la Commission des Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), la Commission Internationale du Bassin Congo-Oubangui-Sangha (CICOS) ainsi que le partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (CBFP).

Quant à la Monusco, l’une des missions de paix des Nations Unies les plus importantes de ces trois dernières décennies au monde, elle a contribué en appui aux forces armées et aux forces de sécurité nationales à la réunification du pays – sans définitivement mettre fin aux poches d’insécurités dans les régions affectées.

Résumé de l’étude de cas et objectifs généraux du projet 

Face à la persistance des conflits qui défigurent encore la RDC, réduisant la vie au néant, particulièrement dans les régions de l’Est fortement touchées, les résultats atteints sont mi-figue mi-raisin. Le professeur Patience Kabamba, anthropologue formé à l’Université de Columbia, spécialiste de l’est de la RDC, fait remarquer que les pistes de solution globale aux défis structurels de la paix durable au Congo reposent sur les capacités de l’assistance humanitaire de ne faire qu’un avec les initiatives de développement dans l’ultime but d’éradiquer les conflits armés interminables et de promouvoir la paix durable.

L’Institut Panafricain Cardinal Martino pour l’enseignement social de l’Eglise (IPCM), fonctionnant au sein de l’Université Catholique au Congo (UCC) et qui est le partenaire au Projet pour la RDC, étudiera avec profondeur le cas de la RDC. Il se focalisera sur l’’hôpital Panzi de la ville de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu. Cet hôpital porte la réputation mondiale du centre pionnier dans le traitement des survivantes des violences armées dans un conflit armé. Plus de 85.000 femmes souffrant des complications relatives au viol y sont soignées par l’équipe des experts médicaux dont le plus éminent est le Docteur Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix 2018. Plusieurs d’entre ces femmes bénéficient d’un modèle de traitement intégral qui les réhabilite et leur permet de reconstruire leurs vies. 

En collaborant avec l’Université de Glasgow et l’Université Libre de Berlin, l’IPCM examinera dans le cas d’étude de l’hôpital de Panzi les normes et mécanismes de redevabilité en application dans les secteurs de l’humanitaire et du développement, dans le but de comprendre comment ils sont appliqués afin de s’assurer à la fois de leur effectivité et de la redevabilité de l’action internationale sous les traits de conflits interminables. L’IPCM jettera un regard profond sur les soins de santé et les violences basées sur le genre dans le contexte des conflits armés sans fin. 

Latest News and Events from DRC

Events

DRC Project Workshop – 26th/27th/28th August 2021

On August 26th-28th, our partners in the DRC hosted an…

Read More

News

Our partnership with the DRC is official

We are delighted to announce that our partnership with the…

Read More

Latest Outputs from DRC